Le Colorado provençal est une ancienne carrière d'ocre, le premier coup de pioche y a été donné en 1871, le dernier lavage a eu lieu en 1993 avec Roger Arnaud.  Le site fait partie du domaine privé, à la fois de la Mairie et de quelques 150 propriétaires, héritiers des ocriers ! Entièrement façonné par la main des ouvriers de l’ocre, vous découvrirez des fronts de taille, des bassins, des tuyaux d’acheminement de l’eau, des moteurs, autant de vestiges d’un passé industriel. L’association du Colorado de Rustrel est gestionnaire de ce site exceptionnel, classé au titre de la loi de 1930 des Monuments Historiques. L’association vous accueille sur deux sentiers balisés tout au long de l’année.

Horaires

Mois
Ouverture
dernière entrée à
Février
10h30
16h30
Mars
10h
16h30
Avril
9h
17h
Mai
9h
18h
Juin
8h30
18h30
Juillet / Août
8h
19h
Septembre
9h
18h
Octobre
9h30
16h30
Novembre
10h
16h
Décembre
10h30
15h30
Janvier
site fermé
Le Colorado Provençal prend du repos en janvier sauf le 1er de l’An, s’il fait beau temps !!

Tarifs

Les tarifs comprennent : le stationnement, l’accès aux sanitaires, le plan des circuits et la visite !
5€
voiture
2€
moto
8€
camping-car
12€
minibus (9 à 12 places)
30€
bus
2€
le plan si vous arrivez en vélo ou à pied.
En 2016, votre ticket d’entrée à participer à :

Circuits

Circuit du Sahara
distance:
2,1 km
durée:
40 minutes (sans arrêt, aller/retour au parking)
difficulté:
FACILE
dénivelé:
10m
A prévoir : chapeau, crème solaire et eau, c’est le Sahara !!!
©photo Carine Saussol
Circuit des belvédères
distance:
3,9km
durée:
1h45 (sans arrêt, aller/retour au parking)
difficulté:
FACILE A MOYENNE
dénivelé:
70m
A prévoir : chaussures montantes pour le maintien des chevilles, chapeau, crème solaire et eau (on passe d’abord par le Sahara !!!)
©photo Carine Saussol
©photo Profil Drone

les poussettes sont déconseillées: le sable empêche une progression facile sur les circuits, préférez un porte bébé! 
 les chiens sont acceptés, tenus en laisse. Munissez vous de vos petits sacs pour ramasser les déjections de votre animal, s’il vous plait.

Contact

Carine vous répond toute l’année :
mobile:
+33 (0)6 43 97 76 06
fixe:
+33 (0)4 90 75 04 87
Siège social:
Association du Colorado de Rustrel
Cabanon de Petacheù
Quartier Brieugne
84400 RUSTREL
France
e-mail
asso.colorado@orange.fr

qui sommes nous ?

Création de l’association 2009, suite à la réunification des deux parkings au départ des sentiers.

Représentants de l’ADEP (Association de DEfense des Propriétaires) et élus à la Mairie de Rustrel, ensemble, nous travaillons à la sécurité du site, à l’accueil et aux services pour que votre visite soit la plus agréable possible.

Espace ProFEssionel

Merci pour votre message, nous répondrons au plus vite
Désole, nous n'avons pas pu envoyer votre message, veuillez re-essayer plus tard ...
Lorsque vous aurez laissé votre adresse mail, vous aurez en retour:
  • Accès aux photos spéciale tournage
  • Accès aux conditions tarifaires
  • Accès aux conventions type
Quel que soit votre projet, n’hésitez pas à nous contacter en écrivant une  brève description dans le cadre prévu à cet effet, nous serons ravis de vous accompagner dans le Colorado, à la recherche du décor qui vous aidera à le concrétiser.
  • Lien vers le site de la Commission du Film Luberon Vaucluse avec qui nous travaillons en étroite collaboration pour proposer les décors du Colorado Provençal mais aussi des sites remarquables de notre belle région!  
Un tournage, un shooting, ça se prépare! Il faut nous contacter à l’avance pour que tout se passe bien!

Galerie photo

©photos Carine Saussol

actualités

chargement des actualités ...

Reglementation

Le règlement intérieur de l’Association du Colorado de Rustrel interdit l’accès en vélo et à cheval dans le site, pour plus de renseignements veuillez nous contacter.

L’association du Colorado de Rustrel se réserve le droit de fermer le site en cas de force majeure.

Arrêté Municipal interdisant l’accès aux Cheminées de Fées, attention danger, ne pas dépasser les barrières.

Massif forestier :  arrêté préfectoral Vaucluse  . A ce titre, la circulation même à pied est règlementée en période estivale.

Site classé inscrit DREAL au titre de la Loi de 1930 des Monuments Naturels.

Géosite, depuis le 7 mars 2017, le Colorado Provençal est géopartenaire, Géoparc mondial UNESCO Charte.

Rappel : en vous écartant des chemins balisés par nos soins, vous vous mettez en danger.

histoire géologique

La formation de l’ocre (a lieu pendant l’aire secondaire des temps géologique)

Les variations de température, couplées à une acidification croissante des eaux de pluie ont dégradé certains minéraux des roches granitiques anciennes du massif central pour produire :

- des argiles (par dissolution des feldspaths et des micas)
- des sables siliceux (par libération et fragmentation des quartz)

Alors que certains gros résidus de roches granitiques ont été charriés par les cours d'eau jusqu'à la côte au niveau des embouchures des anciens fleuves (sous forme de galets et de graviers) les particules les plus fines : sables fins, limons et argiles ont atteint la pleine mer.

Elles ont alors été reprises et entrainées par un courant marin, orienté Sud Est, qui a formé un immense banc de sable en se développant parallèlement à la côte (qui était à la hauteur de Montélimar à cette époque).

On retrouve actuellement ce gisement sur plus de 100km de longueur, quelques dizaines km de large et une soixantaine de mètres d'épaisseur. Il s'étire aujourd'hui du sud de l'Ardèche (07) vers le Var (83).

Ce banc de sable s'est différencié au gré des courants et des époques géologiques pour former 3 gisements distincts qui sont exploités dans le Vaucluse : pour le sable verrier vers Entraigues, pour l'ocre dans le pays d'Apt, entre Roussillon et Rustrel et pour la bauxite en allant vers le Var.

La formation des ocres du Vaucluse est remarquable et exceptionnelle car elle fait appel à la conjonction des trois grands règnes du vivant couplé à de grands, lents et profonds bouleversements géologiques.

La partie argileuse de l'ocre provient du Règne minéral :

La matière première de l'ocre provient de la dégradation et de la recombinaison d'une partie des minéraux des granites sous forme d'argiles, qui aboutissent à la formation de kaolin formé d'oxygène, d'aluminium et de silicium.

La couleur est apportée par le Règne Animal :

Ses couleurs viennent d'une quantité exceptionnelle de fer qui a été extrait de l'eau de mer, concentré et enfouit dans les déjections de crustacés qui ont vécu sur et dans le banc de sable à une époque où la mer était chaude et peu profonde. Le fer s'est ensuite combiné aux minéraux présents dans le sable pour former une première argile très ferrugineuse de couleur gris-vert, appelée "glauconie".

La transformation de l'argile, sa coloration et la fixation de la couleur grâce au Règne végétal :

La glauconie a été transformée en kaolin, et colorée par des hydroxydes et oxydes de fer, suite à l'apparition d'acides humiques, provenant de la décomposition de feuilles de palétuviers dans une mangrove saumâtre qui s'est installée en surface du gisement, suite à un soulèvement du fond marin. 

Enfin , allant vers un assèchement progressif et  une exposition répétée des sables à la pluie et l'air libre, sous un climat devenu tropical puis de plus en plus sec, le fer s'est oxydé,  a migré et s'est fixé, colorant au passage les ocres et tout le massif dans des teintes allant du jaune au rouge en passant par toutes les nuances de orange au noir-violine par phénomène de latérisation du sol qui a décoloré certaines ocres de leur fer pour créer des ocres " blanches"  et former des cuirasses ferrugineuses, qui ont été exploitées comme minerai pour la fabrication de fer en haut fourneau.   

Plus au sud, cette altération latéritique a tellement été poussée qu'elle a conduit à la dissolution de la silice qui compose le kaolin des ocres , ne laissant alors que l' alumine et le fer , sous forme de bauxite, exploitée dans le Var pour la fabrication de l' aluminium.

Texte de David Challier, géologue, qui organise avec le COnservatoire des Métiers du Patrimoine de Provence et des Alpes du Sud (COMPPAS) des visites dans le Massif des Ocres.

L’aventure industrielle des ocres de Rustrel : 1871 – 1991

Appelés « colline aux mille couleurs » ou « Colorado Provençal », les paysages exceptionnels des ocres de Rustrel sont le résultat du travail combiné de l’homme et de la nature.

L’œuvre de la nature

Il y a 230 millions d’années, la Provence était recouverte par la mer. Les sédiments qui s’accumulent au fond des eaux forment les calcaires blancs du territoire. Lorsque la mer s’approfondit, vers - 110 millions d’années, des sédiments sablo-argileux de couleur verte recouvrent les calcaires. Dix millions d’années plus tard, après le retrait de la mer, des pluies tropicales provoquent l'altération de ces sables. L'oxyde de fer qu'ils contiennent se concentre et provoque la cristallisation de minéraux argileux auxquels se combinent les oxydes de fer jaunes et rouges. Le minerai d'ocre est donc en quelque sorte une argile chargée d'oxyde de fer, associée à une très forte proportion (80 à 90%) de sable.

Une aventure commune

Depuis deux siècles, les ocriers du pays d'Apt extraient et raffinent ce pigment argileux pour en faire des gammes de couleurs expédiées vers tous les continents.

Le gisement d'ocre du pays d'Apt s'étend sur une bande de territoire de 25 km d'ouest en est, entre les villages de Roussillon et de Gignac.

Commencée à Roussillon à la fin du XVIIIe siècle, l'exploitation de l'ocre reste à un stade artisanal jusque vers 1880 (arrivée du chemin de fer).

L'âge d'or de l'exploitation industrielle de l'ocre durera de 1890 à 1930. La crise de 1929, l'apparition des colorants synthétiques et la fermeture de certains marchés provoqueront un déclin inéluctable.

Aujourd'hui, seule la Société des Ocres de France exploite les ocres en pays d’Apt, alliant méthodes traditionnelles et techniques nouvelles.

Les méthodes d’exploitation

L’extraction du sable ocreux se pratique soit dans des carrières à ciel ouvert, soit dans des galeries souterraines.

À Rustrel, l’extraction se faisait essentiellement à ciel ouvert, même si certaines usines disposaient de galerie, notamment sous la colline de Trébaillon.

Une fois le minerai extrait, l'ocre est séparé du sable par des opérations de lavage et de décantation. En bout de parcours, l’eau chargée de pigment se déverse dans les bassins de décantation. Lorsque ceux-ci sont remplis d’une épaisseur de 30 à 40 cm de pigment, le contenu du bassin est découpé en briques, qui une fois sèches, sont envoyées à l’usine pour y être broyées et de tamisées. Une fois conditionnées, les ocres de Rustrel et du pays d’Apt sont envoyées vers les quatre continents.

Les débuts de l’aventure rustrélienne

L’exploitation de l’ocre à Rustrel débute en 1871. Le premier ocrier, Jean Allemand, surnommé Jean de l’Ocre, raffinait son ocre dans les anciennes minoteries de farine situées dans l’usine de fer du quartier Saint-Pierre, dite « usine du Bas ».

À Rustrel, l’extraction s’est toujours faite avec des moyens artisanaux, même au plus fort de l’exploitation. La pelle et la pioche n’ont été supplantées par le bulldozer qu’à une époque récente, alors que la production était déjà divisée par 20. Bien souvent, les ocriers de Rustrel étaient également agriculteur, puisque les deux activités sont complémentaires dans l’année.

En raison des nombreux risques liés aux mines et carrières, cette activité est vite réglementée et chaque ouverture de chantier doit faire l’objet d’une demande officielle. Ces documents, aujourd’hui archivés nous permettent de suivre l’histoire des exploitants des ocres de Rustrel.

Les grandes dates de l’exploitation ocrière

À la suite de Jean Allemand, plusieurs chantiers s’ouvrent à Rustrel. Dès le début des années 1880, en raison d’un marché florissant depuis l’arrivée du chemin de fer en pays d’Apt en 1876, les carrières se multiplient.

Ainsi, en 1885, 12 chantiers sont exploités à Rustrel. L’exploitation se poursuit à un rythme soutenu à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. En 1900, Rustrel compte 10 chantiers. En 1925, ce sont 22 chantiers qui occupent 84 ouvriers.

Comme ailleurs en pays d’Apt, l’industrie ocrière décline à partir des années 1930.

Après la Seconde Guerre mondiale, les chantiers ferment progressivement. Le dernier coup de pioche est donné en 1991 par Roger ARNAUD.

Les témoins de cette aventure dans le Colorado

De nombreux vestiges de l’industrie de l’ocre sont encore parsemés dans le Colorado Provençal : canalisations, bassins de décantation, cabanon en briques abritant les moteurs des pompes qui servaient au lavage de l’ocre… Le premier moteur à gaz pauvre est installé à Rustrel en 1895.

Plusieurs vestiges de wagonnets rappellent l’importance du transport de l’ocre de la carrière au lavage et du lavage à l'usine. Celui-ci était assuré différemment suivant les entreprises et les époques : tombereaux tirés par des chevaux, puis par camions et wagonnets basculant, sur rails, tirés par un cheval ou une petite motrice, à partir des années 1920/30.

Site industriel, naturel et touristique

Le Colorado de Rustrel constitue, avec l’ensemble du massif des ocres du pays d’Apt, un site classé au titre de la loi du 2 mai 1930 sur le patrimoine naturel.

Depuis l’arrêt de l’exploitation ocrière, la nature a repris ses droits et le paysage est en constante évolution sous l’effet de l’érosion. Le massif ocrier est également un espace privilégié où se développent une flore et une faune exceptionnelles.

Aujourd’hui, c’est au rythme d’une autre aventure que vit le Colorado de Rustrel : celle d’une démarche de classement Grand Site de France pour l’ensemble du massif ocrier du pays d’Apt. Cette démarche collective traduit l’envie de préserver ce site naturel et industriel, tout en le faisant découvrir et partager.

Texte de Sandra Poëzevara, Directrice du Musée de l’Aventure Industrielle à Apt.

Continuer la découverte de l’ocre

À Rustrel :

COnservatoire des Métiers du Patrimoine de Provence et des Alpes du Sud (COMPPAS), usine Bonnet, 84400 Rustrel

COMPPAS sur facebook

Lavage d’ocre à l’ancienne, visites guidées du lavage de Barriès, Association l’Ocre Blanche, le Logis Neuf, 84400 Rustrel, sur réservation en suivant le lien: ADEP.

Dans un rayon de 20 km :

A Roussillon : http://okhra.com

A Gargas : https://www.minesdebruoux.fr

A Apt : http://www.apt.fr/Le-Musee-de-l-Aventure.html

Pour acheter de l’ocre :

http://www.ocreschauvin.fr

http://www.ocres-de-france.com/oxy-apt-rouge-r-567.html

@2017 ASSOCIATION DU COLORADO DE RUSTREL